LES DROITS DE L’HOMME A « CARACTERISTIQUES CHINOISES »

La Chine détient d’ores et déjà une créance de cinq cents milliards de dollars sur les états européens et, en cette fin d’octobre, la zone euro aimerait bien que ce montant augmente, quitte à inventer de nouveaux instruments financiers pour rassurer Beijing, – et Moscou car il est parfois question d’associer la Russie au redressement du système européen. L’entente des deux capitales est rassurante car, comme l’écrit le Quotidien des affaires de Shanghai (17 octobre) : l’alliance des deux membres permanents du Conseil de sécurité crée «un colosse contre lequel même les États-unis seront impuissants».

Cette éventualité d’un nouvel engagement financier a-t-elle à voir avec les Droits de l’Homme ? En apparence, non. Et pourtant, il s’agit de confiance réciproque et de liberté d’information : l’Europe doit y voir clair sur son créancier, sur l’économie chinoise. Ce n’est pas si simple puisqu’il s’agit d’un «secret d’État» et qu’à ce titre, deux statisticiens viennent d’être condamnés le 24 octobre à cinq et six ans de prison pour avoir parlé du P.I.B. et autres données statistiques avant que soient publiés les chiffres officiels. Doutez, si vous voulez, des chiffres de l’INSEE mais ne doutez jamais de la croissance chinoise, puisqu’elle est judiciairement garantie «secret d’État».

Le 28 septembre, le gouvernement annonce l’élaboration d’un nouveau plan national d’action pour les Droits de l’Homme, valable pour la période 2012-2015. Il avait fallu cinquante-cinq ans pour que la Constitution intègre en 2004 la notion de Droits de l’homme. Puis un plan d’action fut établi pour 2009-2010. Maintenant, on prolonge et il n’y a pas de raison de s’arrêter : la population de Hongkong n’est-elle pas déclarée immature pour le suffrage universel, bien qu’elle soit d’avis contraire ?

Peut-on rappeler qu’en matière de Droits de l’homme, il n’est besoin ni de longue propédeutique ni de textes à n’en plus finir : 14 juillet, prise de la Bastille ; 26 août, Déclaration des Droits. Dix-sept articles seulement en 1989 et trente pour la déclaration universelle de 1948. Nul besoin, non plus, de programme pour instaurer un «État de droit». On respecte tout de suite la loi, un point c’est tout ; et l’on interdit au parti communiste de la violer ; et on laisse le peuple voter pour choisir tous ses dirigeants et pas seulement ses chefs de village. Il est évidemment embarrassant pour le ministère des Affaires étrangères d’avoir dû, le 24 octobre, féliciter les Tunisiens pour avoir, par un vote libre et pluripartite, désigné une Constituante. Son porteparole ce jour-là, Jiang Yu, est la même personne qui qualifie de criminel Liu Xiaobo, l’avocat des élections libres. Mme Jiang Yu, toute raide qu’elle soit sur sa tribune, sait faire le grand écart.

À l’heure où les discussions politiques, financières se multiplient entre l’Europe et la Chine, il ne faut pas l’oublier : tout ce qu’on voit depuis deux ans, c’est le contraire du programme 2009-2010 pour les Droits de l’Homme dont Wang Min, le représentant chinois aux Nations unies, a dit le 26 octobre qu’il avait été mis en oeuvre en totalité. On voit la restriction des libertés, le harcèlement des militants des droits civiques, les enlèvements policiers et, dans les prisons, la torture ou la menace de tortures pour réduire au silence les récalcitrants, l’emprisonnement d’un prix Nobel déclaré «criminel», les assignations à résidence. Bref la violation de toutes les promesses faites pour obtenir les Jeux olympiques de 2008. Tels sont les droits de l’homme à caractéristiques chinoises.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s