FIL D’ACTUALITES Expression & Information (2ème trimestre 2012)

* La censure chinoise a rendu inaccessible le site de l’Agence de presse Boomberg,
après parution le jour même d’un article concernant la fortune de Xi Jinping, le futur chef d’État et celle de sa famille ; le document citait l’appel de Xin Jinping à lutter contre la corruption et à «serrer la bride aux épouses, aux enfants, aux parents, aux amis et à l’encadrement». Le Committee to Protect Journalists n’a pu obtenir aucun commentaire de la part de l’administration chinoise. (CPJ 29/06/2012)

* Les effectifs de police ont été renforcés sur la place Tiananmen ainsi que sur l’avenue Chang’an pour prévenir des manifestations à l’occasion du 23ème  anniversaire du massacre de 1989. Au Guangxi, deux militants ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur assignation à résidence. Une décision semblable, des voyages temporaires contraints ou des interrogations policières
sont signalées à Xi’an (Shaanxi), à Taiyuan (Shanxi), au Hunan auprès des amis de Li Wangyang, à Guangzhou (Guangdong) et à Beijing ainsi que dans les lieux où se tinrent des manifestations commémoratives. Cependant des pétitionnaires de Guangzhou et de Tianjin se sont rendus devant la maison de Zhao Ziyang, le secrétaire général du parti qui avait sympathisé avec les manifestants. Des manifestations d’ampleur limitée ont pu se tenir les 27 et 28 mai à Guiyang (Guizhou), le 30 mai à Nanping (Fujian) et le 3 juin à Jinan (Shandong) sans intervention immédiate de la police. (C.H.R.D., South China Morning Post, Epoch Times, Oriental Daily, Ming Pao)

* Suspension puis démission de Yu Chen, rédacteur en chef du Journal de la Métropoledu Sud édite à Guangzhou. Il avait laissé publier un commentaire quelque peu insolent sur le contrôle que le parti communiste exerce sur l’armée. (Reporters sans frontières, 5/06/2012)

* Envoi pour 15 mois de camp de rééducation du militant des droits civiques
Liu Ruisheng. Il avait été arrêté en janvier à Beijing alors qu’il pétitionnait pour mettre en lumière la corruption de cadres locaux. Il était sorti des camps en septembre 2011, après un an de détention. (Weiquanwang, 16/06/2012)

* Entrée en vigueur des nouvelles règles fixées par le site de microblog Sina Weibo. L’article 15 proscrit notamment de : répandre des rumeurs, nuire à l’unité de la nation et celle de son territoire, mettre en danger la sécurité nationale, porter atteinte à l’honneur du pays, perturber l’ordre social, troubler la stabilité du pays.. L’article 16 interdit la diffusion de fausses informations. Les mots codés pour échapper à la censure, mais qui permettent de désigner indirectement un dirigeant ou un événement, sont également interdits. Les définitions sont suffisamment larges pour permettre à peu près tout.
De nombreux sites ont déjà été fermés pour ces motifs. Mais la nouveauté vient des sanctions ; elles consistent à retirer des points sur les quatre-vingts octroyés lors de l’inscription. On est averti si les points sont moins de soixante. S’il n’en reste plus, le compte sera fermé. (C.P.J., R.S.F., 29/05/2012)

* Plusieurs fermetures récentes de blogs, à la suite d’articles commentant la destitution de Bo Xilai, le chef du parti à Chongqing, ou encore la fuite de Chen Guangcheng vers les États-Unis. Quelques-uns d’entre eux étaient lus par des centaines de milliers, voire des millions de cybernautes. Citons ceux de Wang Xiaoshan, du professeur He Bing, des journalistes Yang Haipeng et Shen Yachuan, de l’écrivain Hao Qun (alias Murong Xuecun). (South China Morning Post, 9/05/2012)

* Le site américain de langue chinoise Boxun a subi deux attaques paralysant son
fonctionnement et l’accès aux informations concernant le scandale entourant l’ancien chef du parti de Chongqing Bo Xilai (meurtre et corruption). Boxun a dû par deux fois changer de société d’accueil. Ces attaques consistaient à surcharger de requêtes les serveurs pour les bloquer. Leur source reste inconnue. (Committee to protect Journalists, 25/04/2012)

* Suppression des émissions du présentateur de télévision Zhao Pu, après la diffusion sur Weibo d’un message dénonçant les produits alimentaires dangereux. La CCTV n’a fourni aucune explication sur la mise à l’écart du journaliste. La censure a supprimé le jour même de sa parution le message en question : “Message d’un journaliste d’investigation : Camarades, ne mangez plus de yaourt solide et de gelée, surtout les enfants. Ce qui se passe par derrière est effrayant, ; je ne vous donne pas les détails.” Dénoncer des fraudes est un monopole d’État, interdit aux individus. (R.S.F., 25/04/2012)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s