VINGT PRISONNIERS DE CONSCIENCE

Cette courte liste ne comprend, ni les Tibétains récemment arrêtés pour soutien à la cause tibétaine, ni les membres de groupes religieux et du Falungong. Nous n’avons retenu que les cas d’incarcération explicitement liés à des prises de position politique. Ce document est certainement incomplet, car il ignore les personnes placées en détention sous une autre accusation, ou tout simplement ceux dont l’entourage n’a pas pu faire connaître l’arrestation.

Alimujiang Yimiti. Ouighour converti au christianisme et pasteur. Accusé en 2007 à Kashgar de se livrer à un prosélytisme chrétien illégal dans la communauté ouighoure. Condamné en 2009 sans procès et sans l’assistance d’avocat à quinze ans de prison. (Né au Xinjiang en 1973).

Cao Haibo. Gérant d’un cybercafé, il avait créé un forum de discussion en septembre 2011 par lequel il voulait redonner vie aux Trois principes du peuple de Sun Yatsen, le fondateur de la République. Arrêté le 21 octobre 2011 et condamné le 31 octobre 2012 à huit ans de prison pour subversion, à cause de son projet mort-né de former un Parti républicain. (Né en 1985).

Chen Wei. Arrêté le 20 février 2011 à Suining (Sichuan) pour « incitation à la subversion du pouvoir d’État » et condamné le 23 décembre 2011 à neuf ans d’incarcération. Détenu jusqu’à janvier 1991 pour sa participation au mouvement de 1989, il fut de nouveau arrêté en mai 1992 et condamné en 1994 à cinq ans de prison pour avoir célébré l’anniversaire du 4 juin et avoir organisé le parti démocratique libéral. (Né en 1969 au Sichuan).

Chen Xi. Cybernaute. Arrêté le 29 novembre 2011 et condamné à dix ans de prison le 26 décembre suivant pour « subversion du pouvoir d’État » : il avait diffusé sur l’internet trente-six essais en faveur de la démocratie; il avait aussi organisé un forum des droits de l’homme à Guiyang. Lors de la répression du mouvement démocratique de 1989, il avait été condamné à trois ans de prison pour l’organisation d’une « fédération démocratique patriote ». Il fut détenu en 1995 pour avoir mis sur pied la branche pour le Guizhou du Parti démocratique et condamné en 1996 pour constitution d’un « groupe contre-révolutionnaire ». (Né en 1954 au Guizhou).

Dhondup Wangchen. Cinéaste amateur. Arrêté le 23 mars 2008 à Xining après avoir filmé une vingtaine d’entretiens avec des Tibétains sous le titre Surmonter la peur. Condamné pour « subversion » le 28 décembre 2009 à six ans de prison et torturé pendant on incarcération. Son film a pu sortir à l’étranger. Dhondup Wangchen a reçu en septembre 2012  le prix de la Liberté de la Presse, décerné par le Centre pour la protection des Journalistes. Le 3 décembre 2009, le ministre des Affaires étrangères B. Kouchner a déclaré que « les conditions d’un procès équitable n’ont pas été réunies » et que ce cas serait soulevé lors du dialogue Europe-Chine sur les droits de l’homme.  (Né au Tibet en 1974).

Gao Zhisheng. Avocat. Arrêté le 15 août 2006 et condamné le 22 décembre 2006 à trois ans d’emprisonnement avec sursis de cinq ans pour « incitation à la subversion du pouvoir d’État ». En décembre 2011, les autorités l’envoient effectuer cette peine de trois ans au motif qu’il n’aurait pas respecté les conditions du sursis de condamnation. Il avait dénoncé dans une lettre ouverte (18 octobre 2005) les tortures infligées aux adeptes de la secte Falungong et avait perdu cette même année sa licence professionnelle. Après une lettre ouverte au Congrès des États-Unis (septembre 2007), il fut détenu cinquante jours et torturé. Il disparut le 4 février 2009 de son village natal où il était assigné à résidence ; il ne put entrer en contact avec sa famille que le 28 mars 2010 et, en avril, téléphona à quelques amis, apparemment sous surveillance de la police. Il se trouve à Shaya, une prison du Xinjiang. (Né en 1966).

Guo Quan. Professeur à l’Université de Nanjing, chrétien et militant du multipartisme, défenseur des droits des salariés, adversaire de la « rééducation par le travail ». Arrêté le 13 novembre 2008 pour « subversion du pouvoir d’État », il fut condamné le 7 août 2009 à dix ans de détention et se trouve à la prison Pukou de Nanjing. Il avait été radié de l’Université le 6 décembre 2007 et le 17, diffusa sur l’internet la Charte du Nouveau parti démocratique. (Né en1968).

Karma Samdrup. Tibétain, négociant d’art et fondateur du Groupe de protection environnementale des trois rivières, lauréat du Prix de la Terre. Arrêté  le 3 janvier 2010, torturé puis condamné le 24 juin 2010 à quinze ans d’emprisonnement pour « commerce illégal d’objets anciens ». Il avait pris la défense de ses frères, mis en détention en août 2009 puis condamnés après avoir dénoncé les autorités pour leurs pratiques illégales de la chasse sur des espèces menacées. Karma Sandrup avait déjà été arrêté en 1998 pour « vol de sépultures » puis relâché après abandon des charges.

Li Jianfeng. Juge et avocat. Détenu depuis le 3 avril 2002 pour « subversion du pouvoir d’État », à la suite de la constitution d’un groupe d’étude sur le travail considéré comme un syndicat illégal. Jugé le 30 octobre 2003 et condamné à seize ans de prison (avec une réduction de dix-sept mois accordée en décembre 2007 et une autre de vingt et un mois en 2009-2010).

Liu Xianbin. Ecrivain et essayiste. Arrêté le 27 juin 2010 après des écrits demandant la démocratie en Chine et condamné à dix ans de prison le 25 mars 2011 pour « incitation à la subversion du pouvoir d’État ». Actif dans le mouvement démocratique de 1989, il avait été appréhendé le 15 avril 1991 et condamné à deux ans et demi d’incarcération. Arrêté de nouveau en 1999 pour son rôle dans la création du Parti démocratique au Sichuan et condamné à treize ans d’emprisonnement. (Né en octobre 1968 au Sichuan).

Liu Xiaobo, écrivain, critique littéraire et politologue, Prix Nobel de la Paix (8 octobre 2010). Arrêté le 8 décembre 2008, deux jours avant la diffusion de la Charte 08 et condamné le 25 décembre 2009 à onze ans d’incarcération pour « subversion du pouvoir d’État » (prison de Jinzhou, Liaoning). Initiateur d’une grève de la faim sur la place Tiananmen le 2 juin 1989, arrêté le 6 juin et jusqu’au 1er janvier 1991. Nouvelle détention du 18 mai 1995 au 1er janvier 1996, puis du 8 octobre 1996 à octobre 1999.

Ni Yulan. Juriste et avocate, active dans la lutte contre les expropriations et les expulsions dans la capitale. Accusée de fraude, de diffamation et de troubles à l’ordre social, elle a été condamnée le 10 avril 2012 à deux ans et huit mois de prison, et son époux Dong Jiqin, à deux ans. La peine fut réduite de deux mois en appel le 27 juillet 2012, avec rejet de l’accusation de fraude. Placée en détention le 15 avril 2008, elle avait été condamnée à deux ans de prison pour « obstruction à l’action publique » le 18 décembre 2008, après s’être opposée à la démolition de son propre appartement. Elle avait été emprisonnée en 2002 après avoir filmé la démolition forcée du logement d’un de ses clients, puis battue (rotule et pieds cassés) au point de ne plus pouvoir se déplacer sans béquilles ou chaise roulante. (Née en 1961).

Qi Chonghuai. Journaliste de Jinan (Shandong). Deux semaines avant la fin d’une incarcération de quatre ans, le tribunal de Tengzhou (Shandong) l’a condamné le 9 juin 2011 à huit ans de prison supplémentaires pour « chantage et détournement de fonds », motifs qui avaient déjà servi pour le premier verdict. Qi avait dénoncé les irrégularités lors de la construction de bâtiments administratifs à Tengzhou dans le Fazhi Morning Post, journal connu pour ses articles sur les injustices sociales, la corruption et les violations des droits de l’homme. Il était parvenu à envoyer hors de la prison des descriptions des mauvais traitements qu’il y subissait.

Shi Tao. Journaliste du Hunan, rédacteur en chef du Contemporary Business News. Arrêté le 24 novembre 2004 et condamné à dix ans de prison le 27 avril 2005 pour « divulgation de secret d’État » : il avait transmis des informations à l’étranger sur le contrôle de la presse et sur les directives qu’elle reçoit des autorités centrales du Parti. Sa condamnation fut rendue possible par le bureau de Yahoo installé à Hongkong, qui a transmis les informations permettant de le localiser. Yahoo a depuis présenté des excuses à la mère du détenu. (Né en1968)

Tan Zuoren. Écrivain écologiste du Sichuan. Arrêté le 28 mars 2009, il a été condamné le 5 février 2010 à cinq ans de prison pour « incitation à la subversion du pouvoir d’État ». Il était allé dans les zones du tremblement de terre de 2008 pour recenser les parents qui y avaient perdu un enfant, notamment dans l’effondrement des écoles « construites avec du fromage de soja ». Il lui fut reproché aussi d’avoir dans son blog diffamé le parti dans ses évocations du mouvement démocratique de 1989. (Né en 1954)

Tenzin Delek (Ahan Zhaxi). Moine du bouddhisme tibétain et éducateur. Arrêté en 2002 à la suite d’explosions survenues à Chengdu (Sichuan), condamné à mort le 2 décembre 2002. La peine a été commuée le 26 janvier 2005 en emprisonnement à vie. La condamnation se fonde sur les déclarations du co-inculpé, qui s’est rétracté et a déclaré avoir parlé sous la torture. Ahan Zaxi, très engagé socialement, avait contribué à la construction de monastères, d’écoles, de cliniques et d’hospices. (Né en 1950 à Litang, Tibet)

Wang Bingzhang. Médecin, un des pères du mouvement démocratique hors de Chine. Fondateur de l’Union du Mouvement démocratique (1983), du Parti de la démocratie et de la liberté (1989) et du parti Justice et Démocratie (1998). Condamné à la prison à vie en février 2003, pour espionnage et terrorisme, incarcéré à Shaoguan (Guangdong). Il avait été arrêté après la création de Justice et démocratie puis expulsé de Chine ; il fut enlevé au Vietnam par des agents chinois en juin 2002 puis jugé. (Né en 1947 au Hebei)

Wang Yonghang. Avocat de Dalian (Liaoning), qui a plaidé dans plusieurs procès intentés contre des membres du Falungong. Arrêté le 4 juillet 2009, il fut condamné le 4 février 2010 à sept ans de prison pour « utilisation d’un culte pour saper l’application de la loi ». Lors de sa détention, il a été violemment frappé (fracture de la hanche droite) et se trouve dans un état physique et pathologique critique. Wang Yonghang avait publié plusieurs lettres ouvertes et articles pour critiquer le fondement légal des actions judicaires menées contre le Falungong.

Yang Tianshui. Essayiste, poète et cybernaute. Arrêté sans mandat le 23 décembre 2005, il a été condamné le 16 mai 2006 à douze ans d’emprisonnement pour « subversion du pouvoir d’État » : il avait diffusé sur l’internet des textes hostiles au gouvernement, organisé une branche du Parti démocratique (interdit) et accepté des aides financières extérieures destinées aux prisonniers politiques. En 1990, sa participation au mouvement démocratique de 1989 lui avait valu une condamnation à dix ans d’internement. Il a obtenu le prix de la Liberté d’écriture Barbara Goldsmith. (Né en 1961)

Zhu Yufu. Arrêté le 5 mars 2011 pour avoir publié sur l’internet un poème incitant à participer au mouvement démocratie du printemps 2011 et condamné à sept ans de prison le 10 février 2012 pour « incitation à la subversion du pouvoir d’État ». Un des fondateurs du Parti démocrate chinois, il avait passé cinq ans et demi en prison de 2000 à 2006 puis avait subi une incarcération de deux ans pour avoir « frappé la police et gêné l’action publique » (Né en 1953, à Hangzhou, Zhejiang)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s