FIL D’ACTUALITES Expression & Information (1er trimestre 2013)

* Les services chinois de l’information ont mis au point un «cheval de Troie» destiné aux téléphones des dissidents et des militants des droits de l’homme qui utilisent le système d’exploitation Android, basé sur Linus. Le virus permet de repérer les contacts et les envois de textes. Il a pour l’instant surtout attaqué les portables des militants des causes ouighoure et tibétaine. (Techinasia, 27/03/2013)

* Un journaliste de la chaîne britannique Sky News, Mark Stone, est arrêté et conduit dans un commissariat alors qu’il tournait avec autorisation un film sur la place Tiananmen. La police lui a reproché de ne pas porter son accréditation de manière visible et de ne pas avoir sur lui de passeport. Elle serait intervenue au moment où le journaliste évoquait le massacre survenu sur cette place en 1989. (R.S.F., 22/03/2013)

* Fermeture de 30 000 blogs ou microblogs au cours d’une campagne commencée en janvier, notamment pour raison de non-enregistrement. Le ministère de l’Industrie et de la Technologie d’information s’apprête à lancer une campagne contre les sites qui usent de licences contrefaites ou d’accès illégal à l’internet. La campagne a permis aussi de clore deux cent vingt-cinq sites internet au nom de la lutte contre la pornographie. (Xinhua, 27/02/2013)

* L’ancien président de Google pour la Chine, Li Kaifu, s’est vu interdire pour trois jours l’utilisation de ses microblogs. Il avait critiqué le moteur de recherche Jike, lié au parti communiste et financé sur fonds publics, lors d’un forum tenu le week-end précédent, Les blogs de Li Kaifu ont de nombreux lecteurs, aussi bien sur Sina weibo (30 millions) que sur Tencent weibo (24 millions) (South China Morning Post, 19/02/2013)

* Le New York Times déclare qu’il subit depuis quatre mois des attaques de hackers en provenance de Chine. Elles ont commencé en septembre 2012, alors que le journal allait publier une enquête sur la fortune du premier ministre chinois et de sa famille. Le lendemain, le Wall Street Journal a annoncé, lui aussi, des attaques sur ses ordinateurs en provenance de Chine. (R.S.F., 5/02/2013)

* La parution de la revue Vue de l’Histoire de Chengdu (Sichuan) est suspendue. Le numéro de février, consacré à Taiwan, devait publier un article sur l’évolution du mouvement démocratique de Taiwan. Motif de l’interdiction : «le sujet choisi ne convient pas pour une publication». La revue préparait ce numéro spécial depuis six mois et avait obtenu la collaboration de 14 écrivains de l’île. (Central News Agency, R.F.I., 29/01/2013)

* L’agence Xinhua (Chine nouvelle) a critiqué, au nom de la liberté artistique, les coupes imposées par la censure chinoise au film Skyfall (le dernier film James Bond) distribué en Chine depuis le 21 janvier. L’administration de la radio, des films et de la télévision avait supprimé d’autorité la séquence du meurtre d’un agent de la sécurité chinois dans un gratte-ciel de Shanghai, une scène de prostitution à Macao et une déclaration de tortures infligées dans une prison chinoise. (South China Morning Post, 23/01/2013)

* Le bureau central de la propagande a diffusé une circulaire urgente rappelant que le parti doit assurer un contrôle absolu de la presse, «selon un principe irrévocable». La note ajoute que dans l’affaire du Nanfang Zhoumo (voir ci-après), il y eut «interférence de forces extérieures» et demande aux publications de reprendre un article allant dans ce sens écrit par le Global Times. Selon l’article, la Chine ne dispose pas des «infrastructures sociales» que requiert une presse libre et, «en raison des réalités politiques et sociales de la Chine, les libertés de la presse qu’ils demandent (ceux qui soutiennent le Nanfang Zhoumo) n’existent tout simplement pas». (South China Morning Post, 8/01/2013)

* L’article du Nouvel an de l’’hebdomadaire du Guangdong Nanfang Zhoumo parlait du «rêve d’un gouvernement constitutionnel» ; il a été remplacé d’autorité par un texte sans intérêt émanant du service de propagande provincial. Cette intervention brutale de la censure a ému de larges couches de l’opinion ; plusieurs journalistes se sont mis en grève ; des centaines de personnes sont venues manifester leur soutien devant le siège de la publication ; le texte censuré a immédiatement été rediffusé sur la toile ; le 8 janvier, le Beijing News refusait l’insertion d’un article du Global Times critiquant l’hebdomadaire – influencé par des «forces extérieures» – et son responsable de publication démissionnait ; le 13 janvier, un journal du Henan Orient Aujourd’hui affirmait sa solidarité avec le magasine. Une douzaine de personnes qui exprimaient leur soutien au magazine ont été détenues quelques heures à des fins d’intimidation. Le Nanfang Zhoumo affirme le 22 janvier avoir obtenu une moindre immixtion de la censure dans sa politique d’éditorial. Au rédacteur en chef responsable de la substitution a succédé un cadre mieux accepté par les journalistes. (South China Morning Post, 8-22/01/2013)

* Faute de renouvellement de son visa, le correspondant du New York Times Chris Buckley, est contraint de poursuivre son travail à partir de Hongkong. Son journal avait récemment publié un article concernant la fortune accumulée par la famille du premier ministre Wen Jiabao.  (South China Morning Post, 1/01/2013)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s