FIL D’ACTUALITES Minorités ethniques (4ème trimestre 2013)

* Un moine du monastère Amchok, situé dans le district Xiahe de la préfecture autonome tibétaine Gannan (Gansu) s’est immolé par le feu. 400 moines ont prié devant son cadavre, ramené au monastère. Ce serait le 125ème suicide par le feu depuis 2009. Le 3 décembre, Kunchok Tseten s’était donné la mort à Meruma dans le district de Ngaba ; son épouse, quelques parents et des passants ont été arrêtés. (Phayul, 4/12/2013 ; Kyodo, 19/12/2013)

* Un des trois moines du district de Driru arrêtés le 23 novembre est mort dans les locaux de la police. On ne sait rien du sort des deux autres. Pour les proches du décédé Ngawang Jamyang, celui-ci est probablement mort sous la torture car il était en excellente santé lors de son arrestation. Ngawang Jamyang avait déjà passé deux ans en détention, après les manifestations de 2008. (Phayul, 19/12/2013)

* Un tribunal du district de Driru a condamné trois jeunes Tibétains à des peines de prison pour avoir organisé des protestations contre les activités minières menées dans la montagne sacrée Naghlha Dzamba. Les incarcérations sont de 9 ans pour le chanteur Tsekar Thinley, de 13 ans pour Choekyab et de 3 ans pour Tselha. (Phayul, 23/12/2013)

* Arrestation du Tibétain Tsokay, de la région de Nagchu, pour s’être opposé à la désignation par les autorités chinoises de la réincarnation du lama Rongpo Choeje. Le monastère Rongpo, dont relevait ce dernier, a été fermé en juillet au motif que son personnage principal avait des liens avec le dalai-lama. (Phayul, 21/12/2013)

* Selon le Congrès national ouighour, 17 des 20 Ouighours demandeursd’asile au Cambodge qui avaient été rapatriés de force il y a quatre ans, sont internés et purgent des peines allant jusqu’à 16 ans de prison ou la prison à vie. Le groupe, qui comprenait deux enfants et une femme enceinte, s’était enfui après les sanglantes échauffourées du mois de juillet 2009 ; il avait été ramené sous menace de fusils le 19 décembre, en violation de la Convention des Nations unies sur les réfugiés. (W.U.C., 22/12/2013)

* Des policiers ont tué 14 «terroristes» dans le village Saybagh du district de Konasheher (Shufu en chinois), préfecture de Kashgar. Ils auraient été attaqués avec des explosifs et à l’arme blanche lors de la poursuite de suspects. Deux policiers sont morts ; deux attaquants ont été faits prisonniers. Par la suite, la police a procédé à six arrestations. Selon le Congrès national ouighour, il ne s’agissait pas d’un rassemblent de terroristes mais d’une réunion de famille pour fêter un  anniversaire. L’incident aurait été déclenché par un policier qui aurait soulevé le voile d’une femme. (Xinhua, 16/12/2013)

* Expulsion hors de Beijing de 17 bergers de la Bannière Urad venus protester dans la capitale contre l’occupation de leurs pâturages par l’armée et par les sociétés minières en accord avec les autorités locales. Cette résistance est vieille de 7 ans. Plusieurs bergers ont été détenus ou envoyés dans des camps de rééducation et l’État n’a pas proposé de compensation acceptable.(30/11/2013)

* Arrestation à Golog dans le district de Pema de 7 Tibétains dont 3 moines pour leur implication dans l’immolation par le feu du jeune Tsering Gyal le 11 novembre. Les autorités chinoises interdisent les prières pour les défunts et les manifestations de solidarité envers les familles ; elles suspendent les allocations de fonds pour les villages où se sont produits ces suicides par le feu. (Phayul, 26/11/2013)

* Arrestation de 13 Tibétains du village de Tengkhar, district de Diru, qui demandaient avec insistance la libération d’un écrivain détenu depuis la mi-octobre. Il est en effet interdit de pétitionner à plus de cinq et les doléances doivent être formulées par écrit. Le lendemain 4 novembre, une centaine de policiers ont occupé le village. La zone est l’objet d’une surveillance continue.(T.C.H.R.D., 14/11/2013)

* Selon l’universitaire Ilham Tohti, l’accès des élèves aux classes supérieures des collèges et aux universités dépend du succès à un test politique, comportant notamment la condamnation du «séparatisme ethnique». Il s’agirait d’une décision récente, annoncée lors d’une conférence régionale sur l’éducation. (World Uyghur Congress, 27/11/2013)

* Une soixantaine de Tibétains qui protestaient dans le district de Biru contre l’arrestation d’un responsable local et contre l’injonction de hisser le drapeau chinois ont essuyé le feu des forces de sécurité. Plusieurs ont été blessés. La police a confisqué les téléphones portables et bloqué les télécommunications. Dans ce même district, une quarantaine de Tibétains avaient été arrêtés le 29 septembre lors d’une manifestation ; la veille, des drapeaux chinois avaient été jetés à la rivière. (Phayul, 7/10/2013)

* Depuis septembre 2013, plus de soixante mille cadres du P.C.C. seraient arrivés au Tibet pour y prendre en charge «l’éducation patriotique». Celle-ci demande à la population d’affirmer «son amour et sa gratitude» pour le parti communiste. L’obligation de hisser le drapeau chinois sur le faîte des toits – notamment dans la région de Biru (ou Diru) serait mal acceptée car l’emplacement serait traditionnellement réservé aux drapeaux de prière. (T.C.H.R.D., 5/10/2013)

* Le 28 octobre, une voiture a foncé sur la foule des touristes de Tiananmen à Beijing avant d’exploser, faisant 5 morts et 38 blessés. La police dit suspecter huit Ouighours du Xinjiang, en provenance peut-être de la région de Lukqun où des incidents avaient fait 27 morts le 26 juin. Le Congrès mondial ouighour réaffirme son opposition à toute violence, souligne le flou des informations officielles et demande à la presse de rester sceptique quant aux affirmations de la police chinoise. (W.U.C., Le Monde, 29/10/2013)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s