FIL D’ACTUALITES Ouvriers & Paysans (1er trimestre 2014)

* Arrestation d’un des chefs du mouvement de protestation de Wukan (Guangdong), mouvement qui, il y a trois ans,  avait chassé l’ancienne municipalité après une vente de terrains non autorisée et avait conduit à l’élection d’une municipalité nouvelle. L’affaire avait ému l’opinion. Selon les paysans, l’arrestation pour corruption de Yang Semao, le chef de village adjoint, montre la volonté du parti de reprendre en main les affaires du village quelques jours avant un nouveau scrutin qui attirait l’attention des médias étrangers. (S.M.C.P.,14/03/2014)

* Début d’une grève pour plus de 1000 ouvriers de la firme IBM ISCT de Shenzhen, qui entend céder l’entreprise à Lenovo. La grève s’est arrêtée le 12 mars. Les salariés contestaient l’indemnisation proposée pour la rupture du contrat de travail et les horaires surchargés ainsi que les 15 jours consécutifs de travail sans repos. Dans les jours suivants, l’entreprise a licencié 20 délégués ouvriers. Comme elle ne veut pas les réintégrer, le syndicat veut porter l’affaire devant les tribunaux. (C.L.B., 6-13/03/2014)

* Le nombre des ouvriers atteints de pneumoconiose atteindrait six millions. Deux députés de l’Assemblée nationale et un délégué de la Conférence consultative ont proposé d’instituer un fonds spécial pour leur assurer des soins. Le gouvernement n’a pas manifesté d’intérêt pour cette initiative. (C.L.B., 17/03/2014)

* Des milliers de fabricants de chaussures ont manifesté à Wenling (Zhejiang) contre la fermeture de 4500 établissements, en conséquence d’une décision municipale d’imposer des règles de sécurité. Un incendie avait fait seize morts le 14 janvier, amenant les services du travail à inspecter plus de 6000 ateliers, la plupart de petite dimension. Les propriétaires de fabriques estiment que ces fermetures sont arbitraires et excessives. (South China Morning Post, 20/02/2014)

* Pour récupérer des arriérés de salaires (2 mois) et de pensions (8 mois), 600 ouvriers d’une entreprise sud-coréenne de construction navale de Weihai (Shandong) ont marché sur 26 kilomètres de leur chantier jusqu’aux bâtiments administratifs de la ville. Les officiels ont reconnu l’illégalité de ces retards de paiement. Les ouvriers avaient déjà fait grève en novembre pour le même motif. (C.L.B., 19/02/2014)

* Licenciement par l’usine Hitachi Metals de Guangzhou (Guangdong) d’une ouvrière qui s’efforçait de constituer un syndicat authentique. Zhu Xiaomei avait été rétrogradée à un poste subalterne l’été dernier, après avoir lutté pour le paiement des salaires et des pensions. Son licenciement coïncide avec le lancement d’une campagne dans l’entreprise pour recruter des syndicalistes ; il aurait contrevenu à la loi si l’ouvrière avait été choisie par les salariés pour les représenter. Pendant des années, Hitachi Metals a refusé toute présence syndicale ainsi que le financement d’une assurance sociale pour ses salariés. (C.L.B., 24/01/2014)

* Selon le Journal de la Métropole du sud, la société Shenzhen Click Technology employait à Shenzhen (Guangdong) plus de 70 enfants pour 12 heures de travail par jour et un salaire mensuel de 2.000 yuan (222 euros). Les enfants, en majorité des filles, appartenaient à la minorité Yi et venaient de la région montagneuse de Liangshan, au Sichuan. «Certains n’avaient que 12 ans, d’autres semblaient en avoir moins que 10 ». L’âge légal officiel est de 16 ans. (C.L.B., 30/12/2013)

* Plusieurs milliers de villageois se sont rassemblés dans le centre de Quanzhou (Fujian) pour protester contre la réquisition de leurs terres arables. Certains n’auraient obtenu aucune compensation ; d’autres auraient reçu des sommes dérisoires (l’équivalent de 100 euros au total). Or les autorités revendront ces terres à une société immobilière qui fera payer le mètre carré de 2.200 à 4.400 euros, le statut des terrains passant de rural à urbain. On estime que les paysans n’obtiennent pour les terres réquisitionnées que 5 à 10% de la valeur qu’elles prendront ultérieurement. (Laogai Research Foundation, 23/01/2014)

* 600 paysans se sont rassemblés à Wuhan devant les bâtiments de l’assemblée provinciale du Hubei pour protester contre des évictions foncières liées à des projets d’ensembles commerciaux. La police a frappé trois d’entre eux et emmené un nombre indéterminé d’autres pétitionnaires dans des centres de détention. (R.F.A., 6/01/2014)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s