FIL D’ACTUALITES Expression & Information (2ème trimestre 2014)

* Blocage de nombreuses liaisons de l’internet avec l’étranger et fermeture de nombreux blogs à l’occasion de deux dates anniversaires « sensibles » : la fondation du parti communiste (1/07/1921) et la restitution de Hongkong à la Chine populaire (01/07/1997). Quelques semaines auparavant, les autorités avaient une fois de plus bloqué la messagerie électronique de Google. (R.F.A., 2/07/2014)

* La police confirme l’arrestation de l’étudiante Zhao Huaxu pour « enseignement de méthodes permettant de commettre un crime ». Le 24 mai, elle avait expliqué sur twitter l’intérêt de créer des sites fictifs d’information qui permettraient de diffuser de l’information sur le massacre de 1989 à Tiananmen. (C.H.R.D., 10/06/2014)

* Arrestation du journaliste Yin Yusheng, à Dalian (Liaoning). Il avait participé en février à une commémoration de Zhao Ziyang, l’ancien premier ministre décédé qui avait été écarté après son désaveu de l’intervention militaire contre le mouvement démocratique de 1989. Yin Yusheng avait enquêté sur des affaires de corruption liées au tremblement de terre du Sichuan (2008). Le journaliste s’attendait à cette arrestation et avait diffusé sur Weibo une photo le montrant menotté. (RSF, 1/07/2014)

* Le bureau gouvernemental des médias diffuse une circulaire enjoignant de ne publier aucune information non approuvée par les autorités car pouvant porter préjudice au pouvoir. Le texte affirme que les infractions seront sanctionnées. Prise au pied de la lettre, la circulaire apporte une restriction nouvelle et de grande ampleur à la liberté professionnelle des journalistes. (C.P.J., Xinhua, 18/06/2014)

* Condamnation à 10 ans de prison par un tribunal de Shenzhen (Guangdong) de l’éditeur de Hongkong Yiu Man-tin pour avoir « introduit des produits ordinaires en contrebande » : il aurait amené avec lui quelques bouteilles de peintures sans payer les droits d’entrée. Yiu Man-tin était détenu depuis le 27 octobre. Avant son arrestation, il envisageait de publier un livre du dissident Yu Jie, réfugié aux États-Unis, intitulé Le Parrain de la Chine Xi Jinping. C’est bien sûr le motif réel de sa condamnation mais enfreindre ouvertement la liberté de presse de Hongkong serait une violation trop évidente du statut du territoire. (S.C.M.P., 8/05/2014)

* Les autorités annoncent un plan de contrôle du service de microblogue Wechat, qui permet de contourner l’interdiction de « propager des rumeurs » qui frappe les utilisateurs de Weibo (le twitter chinois). Des dizaines de comptes Wechat ont été fermés en mars sans avertissement. (Reuters, 27/05/2014 ; China Digital Times, 13/03/2014)

* Les autorités chinoises accusent la journaliste Gao Yu d’avoir divulgué des secrets d’État sur l’internet en août 2013. La télévision nationale l’a montrée avouant sa faute et « prête à accepter le châtiment prévu par la loi ». Elle avait disparu le 24 avril, peu avant une réunion de commémoration du massacre de 1989 à Tiananmen. Il semble que le document incriminé soit le « Document n°9 » d’avril 2013, un appel lancé dans le parti pour lutter contre les idées de la dissidence, celles de la démocratie constitutionnelle, des droits de l’Homme et de l’indépendance de la presse. Gao Yu a passé 7 ans en prison depuis 1989.(Xinhua, S.C.M.P., 8/05/2014, R.S.F 29/04/2014 ; Weiquanwang, 28/04/2014 S.C.M.P., 26/04/2014) 

* Condamnation par un tribunal de Beijing à 3 ans de prison de Qin Zhihui pour « calomnies » et « provocation de troubles », dans le cadre de la campagne contre les rumeurs lancée en 2013. Il est le premier condamné parmi quelques centaines de blogueurs détenus à ce jour. L’accusation lui reprochait d’avoir fait de l’argent en proposant à des sociétés de diffamer des concurrents sur l’internet, contre rétribution. (A.F.P., 17/04/2014)

* Pour avoir critiqué des dirigeants, le présentateur d’une émission d’information relevant de la province du Hubei a été interrompu et remplacé sur le champ. L’émission portait sur les problèmes agricoles et l’orateur avait dénoncé les bureaux luxueux des dirigeants du district de Fangxian et la corruption de ces derniers. La séquence de dénonciation et l’interruption qui suivit ont été largement diffusées sur l’internet. (S.C.M.P., 9/04/2014)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s