FIL D’ACTUALITES MINORITES ETHNIQUES (3ème trimestre 2014)

* Le moine Phurbu Tsering Rinpoche serait méconnaissable en raison de son état de santé. Emprisonné au Sichuan, il a été condamné à huit ans et demi d’incarcération pour « possession illégale de fusils et d’explosifs » et pour « occupation de biens d’État ». Lors du procès de décembre 2009, ses avocats avaient parlé de tortures pratiquées pendant des mois et d’aveux forcés. (Tibetan Center for Human Rights and Democracy, 28/08/2014)

* Un tribunal d’Ouroumtchi, capitale du Xinjiang, a condamné à la prison à vie pour séparatisme l’universitaire ouïghour Ilham Tohti, avec confiscation de ses biens. Il était accusé de défendre sur son site bilingue sino-ouïghour l’indépendance du Xinjiang et d’être membre d’une « organisation criminelle séparatiste ». Il a prétendu n’avoir jamais voulu qu’un réajustement de la politique centrale dans la région autonome. Il a décidé de faire appel. La police a empêché les journalistes et neuf diplomates occidentaux d’assister au procès. Ilham Tohti avait été arrêté en janvier 2014, après l’attaque suicide d’un véhicule sur la place Tiananmen. Selon l’un de ses avocats, l’universitaire aurait été entravé dans sa cellule pendant plus d’un mois. (A.P., A.F.P., 17-23/09/2014)

* Un tribunal du Yunnan a condamné quatre Ouighours – dont une femme – à des peines d’emprisonnement allant jusqu’à 20 ans de détention pour avoir projeté des attaques terroristes, fabriqué des explosifs et soutenu des suspects. Ils auraient « accepté des pensées religieuses extrémistes et des conceptions terroristes violentes ». Les quatre condamnés ont fait appel du jugement. (Reuters, 18/09/201)

* Mise en détention dans le district Kuytun (préfecture autonome Kazakh du Xinjiang) de Ilnur Helsen, sœur de Ilshat Hesen, le vice-président de l’Association Ouïghour-Amérique installée à Washington. La police s’en est déjà prise à d’autres membres de la famille d’Ilshat Hesen, sans doute pour exercer des pressions sur ses activités aux États-Unis. (R.F.A., 12/09/2014)

* Dans une vidéo-déclaration, l’épouse du militant mongol Hada fait état de harcèlement ininterrompu ces derniers mois et de menaces d’arrestation à l’encontre de leur avocat.   Il est interdit à Xinna ainsi qu’à son fils, de rendre visite à son époux, au motif qu’elle s’est exprimée sur l’internet. Après 15 ans d’incarcération pour « espionnage », « séparatisme » et « vol de secrets pour l’ennemi » et officiellement libre depuis le 10 décembre 2010 Hada se trouve en réalité interné sans jugement dans une prison clandestine. (Souther Mongolian Human Rights Information Center, 20/09/2014)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s