FIL D’ACTUALITES Expression & Information (4ème trimestre 2014)

* Condamnation à un an de prison pour « gestion d’affaires illégales » le documentariste Shen Yongping qui venait de terminer le film « Cent ans de constitutionnalisme ». Le cinéaste avait été arrêté en avril ; son film était achevé dès avant la célébration du 4 décembre, décrété Jour de la Constitution. Shen avait fait de nombreuses copies du documentaire, il en donnait gratuitement et avait placé le document en chargement libre sur la toile. (R.F.A., 30/12/2014)

* Blocage complet de la messagerie Gmail de Google. La messagerie était inaccessible sur le territoire chinois depuis le 31 mai cependant des logiciels VPN permettaient de contourner l’obstacle. Le niveau de blocage avait été pratiqué au printemps 2011, lors des « révolutions de jasmin » du monde arabe et pendant le XVIII° congrès du parti communiste en 2012. Le pouvoir d’alors avait nié toute censure et assuré que tous les dysfonctionnements provenaient des opérateurs. (R.F.I., 29/12/2014)

* Le Comité pour la Protection des Journalistes a dénombré un record de 44 journalistes emprisonnés en 2014, contre 32 en 2013. Dans les années précédentes, l’accroissement des incarcérations était en partie lié au renforcement du contrôle sur les minorités tibétaine et ouïghoure. En 2014, l’augmentation concerne surtout les journalistes Han. Sur le total de 44 détenus, 17 sont Ouïghours, 4 sont Tibétains, 22 sont Chinois, dont trois de Hongkong. La veille, Reporters sans frontières, dans son rapport annuel, estimait à 29 les journalistes et à 73 les cybernautes détenus en 2014. (C.P.J., 17/12/2014 ; R.S.F., 16/12/2014)

* L’annonce – le 6 décembre à minuit – de l’inculpation de l’ancien membre permanent du bureau politique Zhou Yongkang a été suivie d’un contrôle strict des commentaires apparus sur la toile. Sur le réseau Sohu.com, 12.000 personnes se sont exprimées sur le sujet mais 130 commentaires seulement étaient accessibles quatre heures plus tard ; sur le réseau Sina. com, la discussion a réuni 65.000 personnes mais la censure n’a laissé diffuser que 450 opinions sur la même période de temps. (S.C.M.P., 7/12/2014)

* Publication du rapport du groupe Novetta sur les réalités du cyber-espionnage pratiqué vraisemblablement par la Chine à l’encontre de médias, ONG et d’entreprises pendant 6 années. Les attaques ont visé des organisations de défense des droits de l’Homme et des dissidents ainsi que l’industrie des semi-conducteurs. Au total, 43.000 sites auraient été touchés, principalement en Europe et aux États-Unis. En raison de l’extrême sophistication des procédures d’infiltration employées, il est impossible de définir l’unité à l’origine de ces attaques. (28/10/2014)

* Selon TechinAsia, sont bloqués. Réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Google+, Google Hangouts, Google Blogspot, WordPress.com, Line, KakaoTalk, TalkBox, selected Tumblr sites, FC2, Soundcloud, Hootsuite, Adultfriendfinder, Ustream, Twitpic, Instagram. Journaux et publications : New York Times, New York Times Chinese, Bloomberg, Bloomberg Businessweek, BBC Chinese, Chosun Chinese, WSJ, WSJ Chinese, Flipboard (international version only), Google News, YouTube, Vimeo, Dailymotion, LiveLeak, Break, Crackle, selected international Wikipedia pages, selected Chinese Wikipedia pages, Wikileaks, BBC news and radio. Moteurs de recherche : Google, DuckDuckGo, Baidu Japan, Baidu Brazil, Yahoo Hong Kong, Yahoo Taiwan (16/10/2014, liste non exclusive)

* Plus de 70 sites internet gouvernementaux ont fait l’objet de cyber-attaques non revendiquées au cours du mois d’octobre. Annoncées comme des représailles après l’usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants, elles sont attribuées au groupe Anonymous, opérant sur le territoire de Hongkong et à l’extérieur. Les sites seraient devenus inaccessibles et auraient perdu des données. Onze suspects ont été arrêtés ce mois d’octobre. (S.C.M.P., 22/10/2014)

* Le soutien affiché du quotidien Apple Daily au mouvement démocratique de Hongkong a suscité sur place l’hostilité des partisans du gouvernement central à Beijing. Le journal a été encerclé plusieurs jours, avec impossibilité d’exercer normalement ses activités. Le 15 octobre, le site de la B.B.C. de Hongkong a été bloqué parce qu’il avait diffusé une vidéo montrant des policiers tabassant un manifestant. La chaîne T.V.B. de Hongkong a censuré l’information, ce qui a conduit 27 de ses journalistes à protester contre cette autocensure. (R.S.F., 16/10/2014)

* Une décision de la Cour suprême permet aux autorités à partir du 11 octobre de demander aux fournisseurs de services sur l’internet des informations personnelles concernant les utilisateurs, afin de les identifier et de suivre leurs agissements. Il s’agit officiellement de traquer les lanceurs de rumeurs. La Cour estime que les organismes qui transmettent des informations sur les réseaux sociaux doivent être tenus responsables des contenus. La campagne anti-rumeurs de 2013 avait entraîné une forte diminution des microblogs. Elle s’était accompagnée de quelques centaines de détention pour « incitation aux troubles ». (S.C.M.P., 10/10/2014)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s