FIL D’ACTUALITES MINORITES ETHNIQUES (1er trimestre 2015)

LIRE également notre rubrique « Ils ont donné leur vie »

* Un tribunal de Kunming (Yunnan) a condamné à mort trois Ouighours pour avoir
«organisé et dirigé une organisation terroriste» ; ils ont été exécutés. Le 1er mars 2014 devant la gare de Kunming, cinq individus armés de couteaux avaient tué 31 personnes et blessé 141. Quatre d’entre eux avaient été tués sur place ; la femme qui les accompagnait fut capturée et le tribunal l’a condamnée à la prison à vie. Les trois condamnés à mort, eux, avaient été arrêtés deux jours plus tôt alors qu’ils cherchaient à passer la frontière ; ils n’avaient donc pas participé à la tuerie. Selon le
Congrès mondial ouïghour, le procès ne s’est pas déroulé de manière impartiale. (Associated Press, 24/03/2015)

* Arrestation du moine Lobsang Dawa, du monastère de Sog Tsenden dans le district de Sog. Les autorités n’ont pas donné de motif. Le 14 mars, la police avait déjà placé en détention sept moines du même monastère sans fournir d’explication. (Phayul,
18­‐25/03/2015)

* La police a tué sept Ouighours après une attaque meurtrière contre le chef de la police de Yarkand, près de Kashgar, L’épouse et l’oncle de ce dernier ont aussi été tués, ainsi qu’un garde du poste de police. Les échanges de tirs ont aussi blessé des Han et l’on ignore le nombre précis des victimes. La presse chinoise n’a pas parlé de l’incident. La zone de Yarkand n’est pas accessible par l’internet depuis l’été dernier. (R.F.A., 19/03/2015)

* Les affrontements du Xinjiang ont fait plus de 450 morts en 2014. Le dénombrement
chiffre les décès entre 457 et 478, dont 235 à 240 seraient des Ouighours et 80 à 86 des Han. Le total est deux fois supérieur à celui de l’année précédente (de 199 à 237 morts, dont 116 à 151 pour les Ouighours et 32 à 38 pour les Han. Près de la moitié des morts surviennent dans la région de Kashgar. La revue Duihua (Dialogue) chiffre à 29.500 le nombre de procès criminels tenus au Xinjiang en 2014, ce qui correspond à une progression de 40% en un an. (U.H.R.P., R.F.A.,11/03/2015)

* « Le dalaï-lama profane le bouddhisme lorsqu’il doute de sa réincarnation à sa mort »
assure le gouverneur du Tibet nommé par Beijing. En effet, selon la tradition, son âme
devrait retrouver le corps d’un enfant. Le dalaï-lama avait déclaré qu’il ne se réincarnerait pas en Chine si le Tibet n’était pas libre, ajoutant que sa fonction pouvait s’éteindre avec lui. Le gouvernement chinois laisse entendre qu’il pourrait lui désigner un successeur. Commentaire de Lobsang Sangay, chef du gouvernement en exil : «Ce serait comme si Fidel Castro décidait de désigner le Pape». (Reuters,10-11/03/2015)

* Une Tibétaine nomade du village Trotsuke est morte dans les flammes dans la
préfecture de Ngaba (Aba), province du Sichuan, Les autorités ont immédiatement incinéré le corps.(Phayul, 8/03/2015)

* Le célèbre militant des droits civiques Hadda a envoyé une lettre au Conseil des
droits de l’Homme des Nations unies, lui demandant de faire pression sur l’administration pour qu’elle mette un terme aux mesures de rétorsion prises contre sa famille à l’issue de ses vingt ans d’incarcération. On a gelé son compte bancaire et sa famille se trouve dans une situation très précaire, sur le point d’être réduite à la mendicité. Le stock de livres de sa librairie a été confisqué et son fils ne parvient pas à trouver un travail. (R.F.A.,4/03/2015).

* En 2014, les autorités du Xinjiang ont enquêté sur 355 cadres du parti communiste pour violation de la discipline du parti, soit six fois plus qu’en 2013. Il semble, outre des faits de corruption liés à l’organisation des pèlerinages à la Mecque, qu’il s’agisse dans plusieurs cas, de vérifier la loyauté d’individus au regard des directives du parti concernant la lutte contre «le séparatisme» et «l’’extrémisme religieux». (S.C.M.P., 2/02/2015)4

* La Fédération des étudiants de Hongkong, qui avait joué un grand rôle dans les manifestations de l’automne dernier, a vu partir la moitié de ses partisans vers un mouvement dit localiste qui soutient l’idée d’une indépendance du territoire et ne se satisfait pas de l’objectif « construire une Chine démocratique ». (S.C.M.P., 14/02/2015)

* 200 éleveurs de la Bannière Sunid se sont réunis au chef lieu Saihantal afin d’obtenir de rencontrer les autorités au sujet de la perte de leurs terres au profit d’une zone militaire. La police anti-émeute est intervenue, a frappé les manifestants et arrêté cinq d’entre eux. L’expansion du camp militaire de Zureh aurait entraîné l’éviction de 3000 pasteurs ; ils n’auraient reçu aucune indemnisation convenable pour la perte des pâturages et des habitations. (S.M.H.R.I.C., 3/02/2015)

*  200 pasteurs de la Bannière Durbed se sont rassemblés au chef lieu. Portant des banderoles demandant la rétrocession des pâturages, ils criaient des slogans dénonçant la corruption des fonctionnaires et exigeant que justice soit rendue aux éleveurs. Le lendemain, 5 des manifestants ont été arrêtés et un 6ème, le surlendemain, tous pour «manifestations illégales». Quatre ont été condamnés à 15 jours  de détention (en contravention de la Constitution, article 35 qui affirme la liberté des manifestations). (S.M.H.R.I.C., 3/02/2015)

* Un tribunal de Jishan (Hunan) a condamné les frères Long Xianyuan et Long Xianjiang de nationalité miao à des peines de prison pour leur appartenance à « un syndicat criminel » du type de la Triade. Tous deux avaient été incarcérés en août 2012, après la mort à sa sortie de détention pour raison médicale de Long Baorong, beau-père de Long Xianyuan (13 juillet 2012). Cette personnalité miao avait dénoncé la corruption des fonctionnaires dans un article paru en juillet 2010, ce qui avait conduit à son arrestation. Long Xianyuan est condamné à 15 ans d’emprisonnement. Les avocats des deux frères assurent que leurs clients ont été battus et durement torturés pour obtenir des aveux ; ils ont déposé plainte en leurs noms. Un tribunal de la préfecture autonome Tujia et Miao de Xiangxi a condamné 25 autres personnes de la même ethnie à des peines de prison plus courtes. Tous les condamnés avaient apporté leur soutien à Long Baorong lors de son procès et avaient manifesté après son décès, affirmant qu’on l’avait privé de soins médicaux en détention. (R.F.A., 13/02/2015)

* Les acquéreurs de téléphones portables ou d’ordinateurs habitant le Xinjiang doivent se faire enregistrer auprès de la police. Il s’agit «d’empêcher la diffusion d’informations nuisibles et les activités illégales». (Zaman, 30/01/2015)

* Un affrontement survenu à un point de contrôle dans le district de Keriye, préfecture de Hotan, a fait cinq morts. Trois jeunes Ouighours avaient refusé de s’arrêter et avaient résisté aux efforts de la police. S’en étaient suivies une chasse à l’homme et une bagarre, à l’issue de laquelle trois policiers sans armes auraient trouvé la mort. Deux des jeunes recherchés ont été tués le lendemain. Le troisième a été capturé après s’être enfui. (R.F.A., 2/02/2015)

* Les autorités de la province du Qinghai demandent aux parents des moines âgés de moins de 19 ans venus les retrouver pour le regroupement familial de la Fête du printemps, de ne pas les laisser rejoindre leur monastère et de les inscrire dans des établissements scolaires. La langue tibétaine n’est plus enseignée à l’école et les cours en tibétain ont été supprimés. (Phayul, 26/02/2015)

* Le berger Tumur de la bannière Abag (Mongolie intérieure) s’est pendu à la porte d’un bâtiment officiel pour protester contre l’occupation illégale de ses pâturages. Il tentait non seulement depuis des mois de recouvrer ses terres mais il dénonçait la corruption des fonctionnaires et s’efforçait d’organiser les pasteurs pour obtenir justice et réparation des dégâts causés par l’industrie minière. (S.M.H.R.I.C., 26/01/2015)

* Condamnation à 10 ans de prison du moine tibétain Tsewang, près de la ville de Trido. Il avait été arrêté le 17 mars 2014, en compagnie de trois autres moines dont Tsangyang Gyatso, condamné à 12 ans de prison en octobre 2014. La date de condamnation de Tsewang est inconnue. (Phayul, 26/01/2015)

* Les arrestations ont presque doublé au Xinjiang en 2014 ; leur nombre s’élève à 27.000. Cette augmentation correspond à la politique de répression intensifiée décidée en mai après l’attaque meurtrière d’un marché à Ouroumtchi. Les autorités ont organisé un contrôle de l’internet plus strict, avec fermetures de nombreux sites ; elles ont fermé des centaines d’écoles religieuses et interdit le port de la burqa. Le nombre des procès jugés par les tribunaux du Xinjiang a atteint 34.816, en augmentation de 59%. (Wall Street Journal, U.C.A. news, 23/01/2015)

* Quatre Tibétains du district de Zamthang ont été battus et blessés parce qu’ils refusaient de vendre leurs terres au profit de projets gouvernementaux ou commerciaux. Des manifestations de grande ampleur avaient eu lieu )l’année dernière dans cette préfecture, à propos du même sujet de l’appropriation des terres. (Phayul, 1/01/2015)
*  Dans une vidéo, l’ancien détenu mongol Hada explique en mandarin sa volonté d’intenter un procès contre les autorités chinoises pour l’avoir privé quatre ans de liberté à l’expiration de son incarcération de 15 ans et pour avoir persécuté son épouse et son fils sur la base de fausses accusations. (S.M.H.R.I.C., 3/01/2015)

* La Chine versera des subventions aux écoles primaires et secondaires de Hongkong qui noueront des liens avec ses établissements scolaires. Il s’agit officiellement de faciliter «une meilleure compréhension de la place de Hongkong dans la nation» et «d’enrichir la connaissance de la Chine continentale». Un des moyens en serait le renforcement de l’enseignement de l’histoire contemporaine chinoise. (S.C.M.P., 10/01/2015) 

Publicités