FIL D’ACTUALITES Expression & Information (4eme trimestre 2015)

* La correspondante de L’Obs à Beijing, Ursula Gauthier, annonce le non-renouvellement probable de sa carte de presse en Chine. Elle avait refusé d’assimiler le terrorisme de l’État islamique tel qu’il vient de s’exprimer en France le 13 novembre avec les opérations armées des autonomistes du Xinjiang. Une campagne de presse l’accuse de «soutenir le terrorisme» ; selon un sondage mené par le Global Times, 95% des lecteurs approuvent la décision officielle. Le ministère des Affaires étrangères qui gère les accréditations lui a demandé de présenter des excuses publiques pour avoir « blessé les sentiments du peuple chinois » et de ne pas se présenter en victime des atteintes à la liberté de la presse. Le refus d’excuses implique son départ de Beijing au 31 décembre. (A.F.P., 28/12/2015)

* Selon la société américaine Fire Eye spécialisée dans la sécurité de l’internet, la Chine a intensifié ces dernières semaines ses attaques cybernétiques contre la presse de Taiwan et contre le Parti démocratique progressiste – de tendance indépendantiste – qui pourrait gagner les élections présidentielle et législatives du 16 janvier 2016. (Bloomberg, 21/12/2015)

* Selon un rapport du Comité pour la Protection des journalistes, 49 journalistes, soit un quart des 199 emprisonnés dans le monde, sont chinois. La République populaire est en tête en ce domaine pour la deuxième année consécutive. (C.P.J., 15/12/2015)

* Le tribunal d’appel a réduit de sept à cinq ans la peine d’emprisonnement infl/igée à la journaliste Gao Yu puis l’a libérée sur parole pour raisons médicales. Elle avait été condamnée en avril dernier pour une prétendue divulgation de secrets d’État ; il s’agissait en fait d’un document interne du P.C.C. – le «document n°9» – qui exposait la nécessité de se prémunir des contagions politiques extérieures, notamment des concepts de valeurs universelles, de démocratie constitutionnelle ou de droits de l’Homme. Déjà connu et traduit à l’étranger, le document n’avait aucun caractère «secret» et encore moins de secret d’État puisqu’il émanait du parti communiste. En outre, le site internet Mingjing, possesseur du document, avait affirmé qu’il ne l’avait pas reçu de la journaliste.  Le tribunal a déclaré que la réduction de peine se fondait sur le fait que Gao Yu avait «reconnu ses fautes». Cet «aveu» explique sans doute aussi sa libération sur parole : selon l’un de ses avocats, «elle ne voulait pas mourir en prison». Dans plusieurs cas, les autorités ont relâché des prisonniers en situation médicale critique, de peur qu’ils meurent en détention. . (SCPM, 26/11/2015) 

* Le bureau politique adopte  de  nouvelles  règles  de  discipline  à  l’intention  des  membres du P.C.C.. Elles visent à réprimer toute appréciation « inappropriée » de la politique du parti, tout dénigrement de ses dirigeants ainsi que la falsification de l’histoire du parti ou de l’armée. Elles concernent aussi « des relations sexuelles non convenables », ainsi que la gloutonnerie et la pratique du golf.  (S.C.M.P., 22/10/2015)

* Arrestation  du  directeur  adjoint  de  Nanfang  dushi  bao  Nouvelles  de  la  Métropole du Sud, Liu Wei, pour obtention illégale de « secrets d’État ». Les secrets d’État dont il s’agit sont les liens existant entre Wang Lin, un prétendu maître de la pratique du Qigong (maîtrise de l’énergie vitale), et des cadres du parti, des hommes d’affaires et des personnalités connues. Arrêté en juillet dernier pour son implication dans une affaire d’enlèvement et de meurtre, Wang Lin faisait payer très cher des prestations sans valeur. Liu Wei avait obtenu ses informations par l’intermédiaire de la précédente épouse de Wang Lin, détenue depuis septembre également pour obtention illégale de « secrets d’État ». (S.C.M.P., 18/10/2015)

* Les  salariés  des  grands  magasins  Walmart  de  Shenzhen  (Guangdong),  mécontents de la passivité de l’organisation syndicale officielle,  se  battent  pour  la  désignation libre de leurs représentants aux prochaines élections. Des militants ouvriers de la province les soutiennent. Les syndicats ne sont autorisés à Walmart que depuis 2006, après l’assurance donnée par la Fédération officielle qu’il n’en résulterait aucun trouble pour la direction. À présent, la Fédération est critiquée pour son inertie et fait tout pour gêner la tenue d’un scrutin libre. (C.L.B., 28/10/2015)

* Selon une enquête de China Labor  Watch  menée  dans  une  entreprise  du  groupe taiwanais Pegatron qui fabrique le téléphone portable 6s  de  la  firme  Apple,  les  ouvriers travaillent six jours par semaine pendant douze heures, ne sont payés que pour dix heures et demie. Le salaire mensuel avant heures supplémentaires est l’équivalent de 318 $ (300 €). Les ouvriers regagnent par bus en trente minutes des dortoirs où ils sont entassés à quatorze par chambre. Les punaises abondent dans la literie. Les sorties de secours font défaut. Les ouvriers ne sont pas informés de l’emplacement des substances toxiques qu’ils manipulent pour fabriquer les téléphones (cadmium, mercure, chrome et arsenic). (China Labor Watch, 22/10/2015) .  

* Le China Labour Bulletin a repéré 126  arrestations  d’ouvriers  de  janvier  à  fin  septembre 2015, dont un quart dans la province du Guangdong. La répression s’est poursuivie depuis, avec quatre ouvriers molestés et huit arrestations lors d’une grève survenue dans une usine d’électronique de Dongguan, usine qui appartient à des capitaux taiwanais. (C.L.B., 13/10/2015)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s