FIL D’ACTUALITES MINORITES ETHNIQUES (1er trimestre 2016)

LIRE également notre rubrique « Ils ont donné leur vie »

* Le procès de Patigul Gulam, mère d’un jeune Ouïghour disparu après les troubles du 5 juillet 2009 à Ouroumtchi, devrait être jugé le 7 avril. Elle est accusée de «dévoiler des secrets d’État» pour avoir accordé un entretien à Radio Free Asia sur le sort de son fils. Elle est détenue depuis mai 2014, un mois après l’entretien. Ses trois autres enfants sont sous surveillance policière. Des codétenus ont affirmé que son fils avait été torturé et hospitalisé ; la police s’est refusée à répondre aux demandes d’information de Patigul Gulam, (R.F.A., 31/03/2016)

* Mort d’un ancien prisonnier politique soumis à de mauvais traitements puis astreint à résidence pendant dix ans. Guaye Phuntsok (84 ans), province du Qinghai, avait été arrêté en 1998 et emprisonné pour séparatisme. Son état de santé deux ans plus tard, lors de sa sortie d’incarcération, était tel qu’il n’avait plus quitté son lit. Dans les années 80, il avait mené de nombreuses actions en faveur de la scolarisation des enfants en zone nomade ; il avait aussi lutté contre l’usine nucléaire installée près du lac Qinghai. (T.C.H.R.D., 28/03/2016)

* Une quarantaine de Ouighours ont été placés en détention à Gulja/Yining pour avoir refusé d’assister aux funérailles d’un Ouïghour connu, membre du parti communiste. Leur absence, en particulier celle de plusieurs chefs religieux locaux, aurait suffi à montrer qu’ils appartenaient à «l’extrêmisme». (R.F.A., 29/03/2016)

* Remise en liberté après huit ans d’incarcération de Ngodup Phuntsok. Estropié et incapable de marcher, il n’a pu rejoindre son domicile de Kardze/Ganzi (Sichuan) que deux jours plus tard. Ngodup Phuntsok avait été arrêté en mars 2008 lors d’une manifestation à laquelle participaient plusieurs milliers de Tibétains et condamné pour séparatisme. On avait trouvé chez lui de nombreuses photos du Dalaï-Lama. Faute de nouvelles, sa famille avait longtemps cru qu’il avait été tué par balles. (T.C.H.R.D., 25/03/2016)

* Arrestation de cinq pasteurs mongols pour «incitation à des réunions illégales, protestations et manifestations sur l’internet».  Trois d’entre eux, arrêtés le 21 mars, appartenant aux bannières Uzumchin sont restés dix jours en détention. Un autre berger de la bannière Shuluun-huh a disparu le 21 mars. Un communiqué de la police indiquait qu’il était détenu pour quinze jours. Le 24 mars enfin, une bergère de la bannière intermédiaire Urad a été arrêtée alors qu’elle se plaignait de l’arrestation d’autres pasteurs pour leurs activités cybernétiques. (S.M.H.R.I.C., 24/03/2016)

* Arrestation à Kyegudo/Yushu (province du Qinghai) de l’homme d’affaires Tashi Wangchuk, défenseur de l’éducation en langue tibétaine. Sa famille n’a rien su de son sort pendant plus d’un mois ; depuis, elle n’a pu le rencontrer. Il avait été emprisonné à deux reprises. (New York Times, 10/03/2016 ; T.C.H.R.D., 17/03/2016)

* Les inculpations pour «atteinte à la sécurité d’État», y inclus le terrorisme et le séparatisme, sont passées de 712 en 2014 à 1.419 en 2015. Sur ce chiffre, 1.084 correspondent à des «crimes terroristes violents» et 335 à la mise en danger de la sécurité du pays. Ces qualificatifs permettent d’inculper des défenseurs des droits civiques. Ils sont pour partie attribués aux faits d’agitation repérés dans la région autonome ouighoure du Xinjiang. Les tribunaux ont reçu l’ordre d’infliger des peines sévères. Les non-lieux représentent moins d’un millième des verdicts (1.039 sur 1.232 jugements en 2015). (A.F.P., 16/03/2016)

* Le journal des étudiants de l’Université de Hongkong Undergrad publie un article demandant que l’ancienne colonie britannique devienne un État indépendant en 2047, aux termes de la déclaration sino-britannique qui affirmait que le statut du territoire reste inchangé pendant 50 ans. Selon la publication, la population devrait se donner une constitution démocratique. La demande d’indépendance se justifierait par le fait que l’autorité en place à Hongkong ne serait qu’une «marionnette» dans les mains du pouvoir central.  En réponse, le président de la Commission des lois de l’Assemblée nationale en session a déclaré que cette indépendance était «impossible ». (S.C.M.P., 15/03/2016)

*Par la bouche de Li Yiyu, doyen de l’Institut des études sur Taiwan au sein de l’Université de Beijing, le gouvernement chinois menace d’une remise en cause des relations nouées avec Taiwan si la future présidente de l’île ne reconnaît pas le principe d’une seule Chine connu comme «le consensus de 1992». Le conseiller du gouvernement pour les affaires taiwanaises et membre de l’Assemblée nationale recommande des mesures de rétorsion à l’encontre des chefs d’entreprise de Taiwan qui investissent en Chine tout en soutenant les thèses «sécessionnistes» et refusent le «principe d’une seule Chine». (S.C.M.P., 10/03/2016)

* Plus de 20 pasteurs mongols de la bannière Urad ont été arrêtés pour une quinzaine de jours à l’approche des deux sessions parlementaires, pour «avoir eu des entretiens avec des médias étrangers et avoir aidé ceux qui dénoncent le régime socialiste en poursuivant d’autres objectifs». Ils s’opposent à la réduction de leurs pâturages par les opérations menées par les entreprises minières. (S.M.H.R.I.C., 8/03/2016)

* Des pasteurs de la Bannière Urad Moyenne se sont rassemblés devant la municipalité de Haliut pour protester contre l’occupation illégale de leurs pâturages, demander le versement d’indemnités et la récupération de leurs terres. Des centaines de cadres se seraient approprié des terrains en toute illégalité, au détriment de plus de 1000 foyers d’éleveurs. Cette protestation a commencé en 2006. Fin 2013, une délégation s’était rendue à Beijing pour faire valoir les droits des éleveurs mais n’avait pu se faire entendre. (S.M.H.R.I.C., 23/02/2016)

* Un tribunal de Rebgong (Tongren) dans la province du Qinghai a condamné l’écrivain Druklo, connu sous le pseudonyme de Skokjang, à trois ans de prison pour incitation à la discorde et pour séparatisme. Selon certaines sources, la sentence aurait à être confirmée. Druklo était détenu depuis mars 2015, sans doute en relation avec ses écrits dénonçant la présence croissante des forces armées chinoises et la répression de la population tibétaine. Il avait déjà été détenu un mois au printemps 2010. (T.C.H.R.D., 22/02/2016 ; R.F.A., 19/02/2016)  

* Trigval, l’un des trois Tibétains du village Mukhyim du district de Driru (Région autonome du Tibet) arrêtés en 2014 pour avoir refusé de déployer le drapeau chinois, est mort en prison. Il avait été condamné à treize ans d’incarcération. Le corps de Trigval a été récemment rendu à sa famille. Ses proches assurent qu’il est mort de tortures. (R.F.A, 8/02/2016)

* En violation de la loi chinoise qui autorise une visite mensuelle pour la famille des détenus, l’universitaire Ilham Tohti condamné à la prison à vie n’a pu rencontrer ses proches pour le Nouvel An chinois. L’information provient du dissident Hu Jia, prix Sakharov du Parlement européen, qui s’est entretenu avec Guzelnur Ali,  l’épouse d’Ilham Tohti. Ce dernier est détenu depuis maintenant plus de deux ans (date d’arrestation 15/01/2014). Il n’a pas vu son épouse depuis le 8 juillet ; la dernière visite familiale remonte au 15 octobre 2015, quand il a rencontré un frère aîné et sa mère. Son épouse garde cependant l’espoir de lui rendre visite au mois de mars. Durée prévue : une demi heure. (China Change, 24/02/2016 ; R.F.A., 25/02/2016)

* Sortie de prison de Kelsang Khedrup. Il avait été arrêté le 5 mars 2009 pour «incitation à la division ethnique» et «trouble à la paix» dans la ville de Rabkar (Sichuan). Il était resté un an sans contact extérieur. Il souffre d’asthme, contracté en détention. (Phayul, 15/01/2016)

* Un tribunal intermédiaire d’Ouroumtchi (Xinjiang) a condamné à 15 ans de prison le militant des droits civiques Zhang Haitao, pour «incitation à la subversion du pouvoir d’État» et à 5 ans pour «recherche et fourniture d’informations à des services de renseignement étrangers», le total des peines étant confondu en 19 ans d’incarcération. Ce militant peu connu aurait critiqué le socialisme sur le réseau de l’internet et «propagé des rumeurs». Son arrestation le 26 juin 2015 avait pour motifs l’«incitation à la haine ethnique» et la «discrimination ethnique». (China Change, 21/01/2016 ; Weiquanwang, 18/01/2016)

* La police arrête douze pasteurs  de la  bannière  Darhan-Muumingan  pour  «prise  de contact avec des médias et des forces hostiles» et pour «séparatisme national». Ils ont été relâchés après plusieurs heures d’interrogatoire. Le 20 janvier, ils avaient organisé un rassemblement devant le gouvernement local pour protester contre le refus depuis six mois d’indemniser les pertes que leur causait l’interdiction total de pacage de 2008. Ils avaient alors pris des photographies et les avaient distribuées à des journalistes étrangers et militants des droits civiques. Une centaine de pasteurs de la bannière Alshaa se sont rassemblés le 25 janvier devant les bâtiments de l’administration, pour demander l’arrêt des démolitions d’habitat et d’infrastructure et la protection du droit de pâture. Les destructions sont menées, malgré le froid glacial du début d’année, dans le cadre d’un vaste projet de rénovation des constructions, d’urbanisation et d’approvisionnement en eau et en électricité. Les éleveurs, qui n’ont guère été consultés, y voient une menace pour leur culture et leur mode de vie traditionnel (S.M.H.R.I.C., 26/01/2016) 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s