Répression des initiatives citoyennes

RÉPRESSION DES CANDIDATURES LIBRES AUX ÉLECTIONS LOCALES.

Le régime chinois, qui refuse de se soumettre à la sanction du suffrage universel national, admet des élections locales à différents échelons qui finissent par élire le Congrès national. Le contrôle exercé sur les candidatures au niveau local par le Comité d’examen des candidatures interdit qu’y soit désigné un nombre significatif de postulants indépendants. Il est fréquemment interdit aux élus éventuels, forcément très peu nombreux, d’exercer leurs fonctions. La loi de 2015 sur le sujet stipule pourtant que tout individu de plus de 18 ans et non privé de ses droits civiques a le droit de se présenter.(C.H.R.D., 3/11/2016)

  • 1er novembre 2016. Bien que la loi autorise les candidatures indépendantes aux élections locales, le régime a entrepris d’en empêcher l’enregistrement. A Qiangjiang (Hubei), l’enseignant Yao Lifa a été appréhendé dans son école et emmené dans un véhicule « pour quelques jours », alors même qu’il venait, ainsi que cinquante-sept personnes, de déposer sa déclaration de candidature. Le blog tenu depuis des années dans lequel il expliquait les modalités de participation au scrutin avait été fermé le 16 octobre. Yao Lifa est soumis à un régime de quasi assignation à résidence.
  • Le même 1 novembre, la police a interdit à la candidate Fan Sujun de participer à une réunion de campagne. Elle a fait de même deux jours plus tard, en maintenant à son domicile la candidate Liu Huizhen
  • 24 octobre. A Beijing, la police empêche le rassemblement de dix-huit candidats aux élections locales chez l’une d’entre eux Yang Linyun, où ils devaient parler pour une chaîne de télévision japonaise. Elle qualifie ce rassemblement de trouble à l’ordre social et déclare que de tels entretiens télévisés sont illégaux. La police interdit à une autre candidate, Ye Jinghuan, de sortir de chez elle pour rencontrer Yang Linyun et, dix jours plus tôt, avait bloqué une rencontre avec des journalistes nippon
  • Dès le 19 septembre, la police du district Qidong, près de Hengyang (Hunan) avait placé en détention le militant Guan Guilin, alors qu’il s’apprêtait à déposer sa candidature, au motif qu’il « troublait les élections ».puis qu’il « utilisait un culte pour miner l’application de la loi ». Guan Guilin fut relâché le 29 octobre. Il avait déjà été incarcéré lors des élections locales de 2012.
  • 23 août. Au Jiangxi, le militant Yang Wei est incarcéré dix jours après avoir essayé de remplir un formulaire de candidature. Il avait déjà été appréhendé pour ses manifestations en faveur de la liberté de la presse et pour le soutien qu’il avait apporté au mouvement démocratique de Hongkong.
  • En juin, arrestation, pour « troubles des élections », dans le district Yongjing du Gansu de l’ouvrier Qu Mingxue, qui s’était plaint de l’éviction sur la liste des candidats d’une personne qu’il avait présentée.

Publié le 06/12/2016

REPRESSION DES REUNIONS ET ASSOCIATIONS NON AUTORISEES

Une répression systématique des réunions de citoyens portant sur des sujets politiques réputés sensibles est entreprise depuis le printemps 2013.

Il peut s’agir de demander des informations sur les ressources du personnel dirigeant, de dénoncer des faits de corruption, d’insister pour que le rapport sur les droits de l’Homme destiné aux Nations unies ne soit pas rédigé par le seul gouvernement, de requérir du parti qu’il respecte les lois de l’État, etc, tous droits garantis par la Constitution mais constamment violés.

À fin avril 2014, 70 individus ayant participé à ces mouvements ont été appréhendés, détenus, condamnés ; quelques-uns ont disparu. Cao Shunli est morte le mois dernier, faute de soins lors de son incarcération.

Ci-dessous la liste établie pour la capitale et pour quelques provinces par Chinese Human Rights Defenders et mise à jour au 25 avril 2014. Bien entendu, il ne s’agit que de victimes de la nouvelle équipe dirigeante – et même que d’une partie d’entre elles seulement, faute d’informations exhaustives. Une liste complète des prisonniers de conscience serait évidemment beaucoup plus longue puisqu’alimentée depuis trois ou quatre décennies.

2014.04 Annexe Répression de réunions – Copie

Publié le 03/05/2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s