FIL D’ACTUALITES MINORITES ETHNIQUES (4 ème trimestre 2016)

LIRE également notre rubrique « Ils ont donné leur vie »

* Arrestation du moine Jamyang Choephel (monastère Ngok Gyalmo, province du Gansu). L’arrestation pourrait être liée à la mort de Tashi Rabden, la police ayant l’habitude après chacune des immolations de sanctionner la famille et les proches. Le moine est privé de tout contact avec l’extérieur. (T.C.H.R.D., 26/12/2016). Le Tibétain Tashi Rabden s’est immolé par le feu à proximité de la ville de Machu (Gansu). Les derniers suicides de protestation remontaient au printemps 2016.  (R.F.A., 9/12/2016)

*Arrestation de Tsegon Gyal, ancien policier et journaliste, militant de la préfecture autonome tibétaine Tsojang. Il est formellement accusé d’inciter au séparatisme depuis le 24 décembre.  En 1994, un tribunal lui a infligé 16 ans de détention pour « espionnage » et « crimes contre-révolutionnaires ». Depuis son arrestation, Tsegyon Gyal n’a pu rencontrer sa famille ni s’entretenir avec un avocat. Il a décidé de rester silencieux. (T.C.H.R.D., 29/12/2016)

*Les autorités chinoises ont détruit environ 5000 mosquées au cours des trois derniers mois. Le département des affaires ethnico-religieuses aurait lancé une campagne de « rectification des mosquées » en liaison avec la police. Il prendrait prétexte de l’état délabré des bâtiments et de la nécessité de protéger la sécurité des croyants pour procéder aux démolitions.  (R.F.A., 19/12/2016)

* Un tribunal du district de Ngaba (Sichuan) condamne le moine Lobsang Sonam du monastère de Kirti à six ans de prison pour avoir diffusé sur la toile des informations sur le Tibet, c’est-à-dire, aux termes du verdict, pour avoir «dévoilé des secrets d’État». Il était détenu depuis le 11 septembre 2015, sans contact extérieur. Plus récemment, neuf Tibétains ont été condamnés à des peines allant de 6 à 14 ans d’emprisonnement pour avoir célébré le 80ème anniversaire du Dalaï-Lama . (T.C.H.R.D., 7-9/12/2016)

* Après une dispute sur des pâturages qui avait débouché sur une bagarre, le berger Unench de la région d’Ulgai a tué les quatre individus d’ethnie han pour qui il travaillait et qui l’avaient frappé et blessé. L’affaire a ému la population mongole, qui a fait du berger un héros de la résistance à l’emprise chinoise croissante sur les pâturages et sur la vie économique. (S.M.H.R.I.C., 30/11/2016)

* Arrestation de 20 Tibétains qui protestaient contre les activités d’extraction menées dans le village Yangdro (Yunnan). Les manifestants empêchaient les véhicules d’entrer dans l’exploitation minière. (Phayul, 18/11/2016)

* Un rapport du World Uyghur Congress dénonce le maintien du système du travail forcé (Hashar), particulièrement dans les préfectures méridionales du Xinjiang (Aksu, Bayingolin, Hotan et Kashgar). Le document présente le hashar comme un moyen de surveillance et de contrôle de la population, moyen souvent ignoré à l’étranger (20/11/2016)

* Après l’interdiction d’usage de la langue mongole dans les jardins d’enfants de la municipalité d’Ulaanhad, les parents ont interpelé les autorités dans une lettre ouverte où ils dénoncent « cette preuve flagrante d’un chauvinisme chinois typique » équivalant à « une occupation coloniale ». (S.M.H.R.I.C., 22/11/2016)

* Le moine Jigme Gyatso du monastère de Labrang sort de la prison de Lanzhou après cinq ans de captivité. Il lui est interdit de revêtir sa robe de moine et de rejoindre son monastère. Il avait été arrêté en août 2011 pour « activités séparatistes » et n’avait pas encore été jugé trois ans plus tard, en violation de la loi. Dans un entretien accordé à La Voix de l’Amérique en 2008, Jigme Gyatso avait décrit les tortures et mauvais traitements qu’il avait subis en détention après l’émeute de 2008 ainsi que les sévices imposés aux autres moines prisonniers. Les avocats des droits civiques Li Fangping et Jiang Tianyong avaient obtenu sa libération au bout de six mois.  Le 3 octobre, après 4 ans de détention, les deux chanteurs Pema Trinley et Chakdor ont été libérés. Ils avaient édité un disque honorant les Tibétains qui mouraient par le feu et chantant les louanges du Dalaï-Lama. (T.C.H.R.D., 29/10/2016)

* Décès de Huchinhuu Govruud, écrivaine, militante des droits de l’Homme et de la cause mongole. Elle a été l’une des voix les plus fortes qui se soient dressées contre la politique répressive du gouvernement chinois en Mongolie intérieure et ce, dès les années 80. Elle avait appartenu, comme le célèbre militant Hada, à l’Alliance démocratique de la Mongolie méridionale (S.M.D.A.) qui militait pour l’indépendance et le rattachement à la République mongole. En novembre 2012, après deux ans de détention, elle avait été accusée d’avoir « livré des secrets d’État à une organisation étrangère » puis assignée à résidence et placée sous surveillance policière. (S.M.H.R.I.C., 25/10/2016)

* La Commission des Affaires électorales décide que les candidats à la direction de l’exécutif de HongKong devront signer un « formulaire de confirmation », autrement dit une déclaration de loyauté et d’adhésion à la Loi fondamentale avec reconnaissance que Hongkong fait partie de la Chine. Une mesure semblable avait été introduite en juillet, avant les élections au Conseil législatif de septembre. Certains candidats avaient refusé de signer le formulaire mais leur élection avait été validée. D‘autres font l’objet de poursuites judiciaires qui, si elles aboutissaient, auraient pour effet de les disqualifier. Les partisans du gouvernement central estiment que les deux ou trois partisans de l’indépendance du territoire ont insulté le pouvoir chinois et ils font tout pour que ces nouveaux élus ne puissent prêter serment et exercer leur charge. (S.C.M.P., 21/10/2016)

* Joshua Wong, l’un des animateurs du Mouvement des parapluies de l’automne 2014, n’a pu entrer en Thaïlande. Le pouvoir militaire thaïlandais, en bons termes avec le régime chinois, a accédé à la demande de Beijing, comme l’a reconnu un officier des services d’immigration de Bangkok. La Thaïlande a déjà manifesté sa bonne volonté envers Beijing en rapatriant en 2015 plus de 100 Ouighours qui se croyaient en sûreté. Joshua Wong venait en Thaïlande pour l’anniversaire du massacre d’étudiants du 6 octobre 1976.  (Financial Times, 5/10/2016)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s