FIL D’ACTUALITES Expression & Information (1er trimestre 2017)

* L’organisation Reporters sans frontières annonce, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la cyber censure, qu’elle a débloqué trois sites jusqu’alors inaccessibles en Chine. Il s’agit de : Boxun, portail d’information, qui diffusent des nouvelles de source chinoise souvent anonyme mais dont les auteurs ont fréquemment été repérés et condamnés. Il est un des sites les plus influents sur la dictature chinoise. Tibet Post International. Site d’information créé par des journalistes tibétains en exil et basé à Dharamsala (Inde). Il milite bien sûr pour la liberté d’expression au Tibet et contre les atteintes aux droits de l’Homme • Minjing News. Le site indépendant publie des informations que les autorités chinoises souhaitent cacher. Les internautes peuvent contribuer au contenu (images, textes, vidéos). Le site est fréquemment l’objet d’attaques informatiques. (R.S.F., 12/03/2017)

* A l’approche de l’ouverture des deux sessions parlementaires, les autorités annoncent la fermeture de plusieurs sites et demandent aux gestionnaires de la toile de porter une attention spéciale pendant la tenue des assemblées à la «sécurité de l’internet», sans d’ailleurs en définir le sens. Un site féministe officiel est fermé. Le 4 mars, le Bureau d’administration du cyberespace critique vivement le groupe progouvernemental Phénix TV pour avoir procédé à des interviews sans demander d’autorisation et il suspend deux de ses programmes. (I.F.J., 10/03/2017)

* La Commission du parti pour la Discipline va envoyer des équipes d’inspection dans 29 des meilleures universités pour vérifier qu’elles suivent scrupuleusement la ligne officielle. Parmi les établissements figurent les prestigieuses Université de Beijing et Université Qinghua, situées dans la capitale.  Chaque établissement d’enseignement supérieur est placé sous l’autorité d’un comité du parti, qui décide entre autres des nominations de professeurs et des thèmes de cours et de discussion. En 2013, sept sujets ont été écartés des débats nationaux et universitaires : les valeurs universelles, la liberté de la presse, le nihilisme historique, la séparation des pouvoirs, l’indépendance de la justice, la démocratie constitutionnelle, la société civile. En décembre 2016, le chef du Parti avait demandé aux universités d’être des « forteresses » de la ligne du parti. (S.C.M.P., 23/02/2017)

* Pour avoir critiqué le chef de l’exécutif de Hong Kong, Leung Chun-ying et le Bureau de Liaison du gouvernement central, le journal Sing Pao – pourtant favorable à Beijing – se dit la victime d’attaques cybernétiques et de harcèlements dirigés contre son personnel. Des individus non identifiés se tiennent à l’entrée du journal, prennent des photos, suivent les déplacements des employés. Le site internet de la publication n’a pu fonctionner les 18, 19 et 24 février. Les démarches du journal auprès de la police n’ont donné aucun résultat. (H.K.F.P., 22/02/2017)

* Le site Voix féministe en Chine est fermé pour trente jours. Il avait diffusé six jours auparavant la traduction d’un texte d’universitaires américains appelant à un combat commun contre la misogynie, l’homophobie et le racisme du président des États-Unis et à une grève internationale le 8 mars. Une directive gouvernementale en date du 13 janvier enjoignait tous les médias lorsqu’ils traitaient des États-Unis, de ne parler des relations des deux pays qu’en « utilisant les textes de l’agence Xinhua ». « Toutes les nouvelles concernant Trump doivent être traitées avec précaution. Les critiques non autorisées des paroles et des actions de Trump sont interdites ». (China Digital Times, 18/01/2017)

* Les autorités demandent la suppression de tous les rediffusions sur la toile d’une étude de l’Université de Beijing, selon laquelle la pollution de l’air par les particules PM2,5 aurait provoqué en 2013 260.000 morts supplémentaires dans 31 villes. (C.D.T., 6/02/2017)

* Début d’une campagne de 14 mois pour la suppression des connexions non autorisées sur la toile, et notamment des réseaux privés virtuels (V.P.N.) qui permettent de contourner la censure des accès aux sources d’information extérieures. Toutes les connexions spéciales devront obtenir l’approbation des autorités. Ce contrôle de l’internet s’explique en partie par le regain des tensions tant internes à l’approche du XIX° congrès du parti, qu’externes avec les bouleversements survenus sur la scène internationale. Rappelons que les cybernautes n’ont accès ni à Google, ni à Facebook, ni à Twitter, ni à Youtube. (S.C.M.P., 23/01/2017)

* Fermeture de deux sites internet liés au Groupe de réflexion libéral Unirule. Deux jours avant, le fondateur d’Unirule, Mao Yushan, avait critiqué vivement le président de la Cour suprême qui demandait le rejet des principes d’indépendance de la justice et de séparation des pouvoirs. Officiellement, la fermeture du site trouve sa justification dans la divulgation d’information sur l’internet sans obtention des licences nécessaires, dans la diffusion d’éléments pornographiques et dans la publication d’informations non vérifiées. (S.C.M.P., 22/01/2017)

* L’université Sun Yat-sen de Guangzhou (Guangdong) interdit à son corps enseignant d’exprimer toute remarque critique sur la Constitution et sur les dirigeants du Parti. Le guide publié par la direction de cette université, connue jusqu’à présent pour son relatif libéralisme, définit dix domaines qui ne doivent pas être abordés pendant les cours. Outre les deux points précités figure « la diffusion de la religion et de la superstition ». En décembre, le chef du Parti, Xi Jinping, avait appelé à faire des universités « des places-fortes de la direction du parti » destinées à « maintenir la direction politique correcte » de ce dernier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s