LUTTE ÉCOLOGIQUE : LE PLUS POLLUEUR ET LE MOINS VÉRIFIABLE

Deux événements viennent marquer la vie internationale. 1) Des discussions (Bruxelles 1 et 2 juin) entre l’Union européenne et la Chine, qui  n’ont débouché jusqu’à présent  sur aucun résultat pour le progrès des droits de l’Homme. Cette absence de résultat est sans doute regrettable pour l’Europe mais les dirigeants chinois ne peuvent que s’en féliciter : ils…

L’INDULGENCE ENVERS LE LOUP EST UNE INJUSTICE ENVERS LE MOUTON

Nouvelle présidence américaine, renouvellement prochain du Bureau du Parti chinois, première rencontre des deux chefs d’État aux Etats-Unis : on peut tenter d’y voir plus clair sur l’affrontement des deux puissances et sur les conséquences pour le reste du monde, en particulier au regard des droits de l’Homme et des risques de guerre. La rencontre…

LA DICTATURE DANS TOUS SES ASPECTS, COMME D’HABITUDE

Le mois de mars s’est passé sans surprise. A Beijing, les deux assemblées qui tiennent lieu de parlement ont fait ce qu’on leur demandait de faire, c’est-à-dire que les milliers de participants ont levé la main pour approuver ce qu’avaient préparé les sept membres permanents du Bureau politique. A Hongkong, le collège constitué par le…

CONFRONTATIONS MONDIALES ET DROITS DE L’HOMME EN DANGER

A l’approche du XIXe congrès du P.C.C., la tendance observée depuis quatre ans s’affirme. Le parti ne cesse de resserrer sa mainmise sur la presse, sur les autres médias, sur l’internet, sur les ONG étrangères ; il ne supporte plus les défenseurs des droits de l’Homme. L’année 2017 sera marquée par l’évolution des relations sino-américaines. Les deux…

DES INGRÉDIENTS POUR UNE NOUVELLE GUERRE

A.la tête des Nations unies, Trump, Poutine et aussi Xi Jinping, il y a de quoi se demander si l’on peut parler désormais d’un Conseil de Sécurité. Chacun des trois pays suit son chemin, accroît ses armes et tient des propos martiaux. Les risques d’un affrontement sino-américain sont de plus en plus perceptibles, aux dires…

UN COUP D’ÉTAT PROGRESSIF

Comme s’il pressentait une zone de turbulences, le régime chinois accumule les précautions. Il accentue son contrôle sur les medias, n’admet pas qu’on s’interroge sur ses choix, redoute les paroles libres et celles qui se réclament d’autres valeurs que les siennes. L’évolution est continue depuis quatre ans avec, comme première étape sans doute, le congrès…